Ces enfants qui ne s’entendaient pas...

Ces enfants qui ne s’entendaient pas...

Ces enfants qui ne s’entendaient pas...

Avez-vous ça, vous, des enfants qui ne s’entendent pas? Je vous entends rire jusqu’ici. “Ben oui, on vit tous ça!” Effectivement, la fratrie qui s'obstine et se chicane pour tout est chose assez fréquente dans la plupart des foyers. Chez moi, par contre, j’ai souvent l’impression que les conflits entre mes enfants sont toujours plus intenses. 
J’ai deux filles. Déjà, même si je n’aime pas genrer les choses, je suis convaincue de démarrer avec deux prises. Ma plus vieille, qui a tout juste 10 ans, agit comme si elle en avait 16! Elle sait tout, connaît tout et n’a besoin de personne, du moins elle en a la très forte conviction. Ajoutons à cette attitude démoniaque (j’exagère à peine) une énergie débordante. Toujours en train de danser, sauter, courir… sur un pied, sur les mains ou même grimper dans un arbre. Une hyperactive qui n’aime pas la lecture, les moments en solitaire, ni les jeux vidéos. C’est un beau problème, me direz-vous. Effectivement! Sauf que lorsqu’elle est sur le 220 volts, elle épuise tout le monde. Son intensité, physique et de personnalité, vient contraster avec celle de sa sœur qui est à mille lieux de cette boule d’énergie pas du tout reposante. Ma plus jeune est quant à elle une petite fille sensible et fragile. Comme beaucoup de choses la rendent tristounette, elle est le modèle typique de la fifille braillarde. Peureuse de nature, il lui faut souvent le soutien des autres pour se sentir en confiance. À l’inverse de son aînée, elle n’hésite pas à s’installer tranquille dans son petit coin pour tourner les pages du même livre encore et encore. Plus intellectuelle, elle apprécie les jeux libres et le bricolage, moments où elle peut mettre à profit son imagination débordante. Même si son sourire qui lui creuse une petite fossette à la joue la rend mignonne comme tout, son rythme parfois trop lent demande beaucoup de patience aux gens qui l'entourent. 
Mes filles ont donc chacune une personnalité diamétralement opposée qui représente une dynamique identique à l’effet du feu et de l’ eau. “S’entendre comme chien et chat” pourrait aussi s’appliquer. Après tout, mes enfants ne s’obstinent pas juste “de temps en temps”. Non! Elles s’obstinent TOUT LE TEMPS!
  • Ben voyons, tu exagères sûrement?!
Non, et il est bien là le problème. Elles ne s’entendent JAMAIS! Mes enfants sont une tornade impossible à arrêter. Rien ne les lient et tout les séparent. La trop intense brusquera l’autre qui pleurera. Celle qui sait tout mettra l’accent sur la fragilité de sa cadette qui, se sentant oppressée, hurlera de désespoir. Évidemment, notre quotidien finit toujours par ce même dénouement: une bouille de rage intérieure alors que l’autre pleure sa vie bruyamment et nous… Inutile d’en dire davantage. Ce défi teinte l’entièreté de notre réalité de parents: jour de semaine, soir de fin de semaine, sortie en famille, voyage, fête, promenade en voiture, souper au restaurant, épicerie… Il va s’en dire que ce n’est pas de tout repos sans oublier que leurs querelles ne font que s’ajouter aux autres tâches quotidiennes d’une vie bien remplie: boulot, métro, dodo et cie. 
N’allez pas croire que je m’y sens seule, bien au contraire! Je sais consciemment que ce genre de réalité l’est aussi pour bien d'autres familles et que le défi est parfois encore plus grand dans certains foyers. Même si je ne peux m’empêcher de jalouser la chimie des enfants d’un voisin ou l’indépendance des enfants d’une amie, je sais pertinemment que le gazon paraît toujours plus vert sur le terrain d’à côté. Mes filles possèdent malgré tout une panoplie de belles qualités qui font d’elles des individus extraordinaires remplis de potentiels. Je ne suis pas le moins du monde inquiète pour elles… si elles survivent jusque-là! 
Blague à part, le seul conseil que j’ai pour toi qui vit ce calvaire à tout heure du jour ou de la nuit (je compatis!) c’est de respirer par le nez, de prendre du recul quand tu en as besoin et de t’armer de patience. J’ai d'ailleurs une pas pire liste de favoris à la SAQ, si jamais. Pas que ce soit nécessaire, mais c’est parfois utile pour aider à lâcher prise après une dure journée. Parce que, oui, la clé elle est là! Lâcher prise et prendre une heure à la fois. Un jour, iels seront grands, pis tu t’en ennuieras… ou pas 😄

 

8 septembre 2021

Auteure : Karine Proulx