Changement de carrière

  • Publié le
  • Par Lydia Richard
  • 0
Changement de carrière

Être enseignante n'est pas chose facile. Par contre, ce n'est pas ce qui a orienté le changement de carrière de Lydia. Elle a démarré son entreprise sans connaissance du domaine du Jouets. Elle vous raconte les débuts de son parcours et comment elle en est venue à changer de carrière.

Est-ce que ça vous arrive de vous sentir étrangère au monde qui vous entoure? Je me questionne, souvent.. Je doute, beaucoup.. Je rêve, constamment… Je fais aussi souvent des choix qui me sortent complètement de ma zone de confort et pourtant, j’adore être confortable, même que j’en ai besoin …

J’ai toujours su que mon parcours ne serait pas fait de lignes droites. J’ai choisi d’être enseignante en ne sachant pas trop si c’était le bon choix. En sortant de l’école secondaire, j’avais en tête d’être psychologue en milieu scolaire. À la fin de mes études collégiales, le nombre d’années ainsi que l’obligation d’avoir un doctorat pour pratiquer m’a fait peur et j’ai opté pour un parcours un peu plus court.

Être enseignante, me convenait, à ce moment-là. Par contre, j’avais besoin de plus, j’avais l’impression qu’enseigner ne me comblait pas totalement. Vous savez, cette sensation que l’on gaspille quelque chose. La sensation qui fait que l’on n’est pas complète. C’est ce que je ressentais, pas mal tout le temps. Enseigner est un métier de cœur. On doit le faire par passion parce que la paye ne justifie pas tout le travail accompli. J’ai aimé enseigné, j’ai donné tout ce que j’avais, mais je vivais le syndrôme de l’imposteur.  Puisque j’avais l’impression que je n’étais pas à ma place, j’avais aussi l’impression de ne jamais en faire assez.

Je ne suis pas une personne impulsive, c’est bien beau savoir ce qu’on ne veut pas dans la vie, mais savoir ce que l’on veut faire c’est une toute autre paire de manches. Je me suis questionnée longtemps et j’ai laissé le temps passer.

 

Ça aura pris 5 ans, 5 ans pendant lesquelles j’ai pesé les pours et les contres. Des années à me demander comment j’allais me jeter à l’eau et surtout si j’allais réussir à le faire.

Et l’élément déclencheur, m’a aidé à me lancer :

 

                                                                 J’ai eu 30 ans !

 

Je crois que j’ai eu une petite, grosse, crise de la trentaine… J’avais le feeling que si je ne faisais rien, j’allais me réveiller à 75 ans avec une vie que je regrettais de ne pas avoir choisie!

J’ai commencé à partir de la case départ et j’ai élaboré mon projet. 1 an, 1 an à rédiger mon plan d’affaires, rencontrer des gens, vivre des hauts et des bas, être découragée, exaspérée autant que motivée … J’ai eu de l’aide, je suis allée chercher les ressources nécessaires et j’ai réussi! J’ai ouvert ma boutique ! J’ai démarré Le Coffre à Jouets sans connaissance du domaine et surtout aucune habileté en affaires. J’ai fait mes devoirs et j’y suis arrivée.

Je peux vous dire que le sentiment de fierté est énorme ! Je ne me sens plus du tout au mauvais endroit, mais surtout, j’ai appris que rien n’est impossible et que peu importe ce que je veux faire, tout est possible, il ne me suffit que d’un bon coup de pied à la bonne place!

 

De vôtre côté, est-ce que vous tardez à réaliser vos projets ? Rêvez-vous d’un changement de carrière ?

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée